Stade Miloud-Hadefi d’Oran, affluence record, arbitrage tunisien de Mehrez Melki, assisté de Yamen Malouchi et de Jridi Faouzi.

Buts : Moffi (9’) Nigéria, Mahrez (41 sp), Atal (60’) Algérie

Algérie : Zeghba, Atal, Touba, Mandi, Bensebaini, Zorgane (Bentaleb 45’), Zerrouki, Belaili (Ounas 67’), Bennacer, Slimani (Delort 76’), Mahrez (Amoura 81’).

Entr : Belmadi

Nigéria : Uzoho, Aina, Sanusi, Onyeka, Lookman (Godwin 65’), Moffi, Akpoguma, Iheanaho, Simon, Iwobi, Bassey.

Entr : Peseiro

Dans un match qui n’avait que le titre d’amical, le onze aligné par Belmadi, qui a connu de nombreux changements, à l’image de la charnière centrale new-look, composé de Mandi et Touba, du retour d’Atal sur le flanc droit, ainsi que la titularisation de Zorgane, qui retrouve des couleurs en sélection, et le positionnement de Zerrouki comme sentinelle, en couverture de Touba. Les Algériens débutent le match tambour partant, avec leur nouveau maillot, en prenant le bon bout avec des ballons toujours vers l’avant à l’dresse de Slimani et Mahrez. Les Verts bénéficieront dès la 4ème minute d’un coup-franc bien placé, suite à un tacle sur Slimani. Belaili s’exécute, mais son tir heurte le mur nigérian et ne donnera rien (4’). Les Nigérians parviendront à ouvrir le score par l’entremise de Moffi, qui profite d’une hésitation de la défense algérienne à dégager le ballon et profiter de cette aubaine (9’). Les partenaires de Zorgane sans se précipiter après cette ouverture du score calment le jeu et essayeront de percer la défense des Super Eagles, en la prennant à revers. Les Verts auraient pu niveler la marque, après une mésentente en défense qui profite d’abord pour Belaili qui sert Mahrez, qui ne peut ajuster son tir et qui heurte le montant droit du gardien Uzoho (19’). Le pire a été évité ou les Nigérians auraient même pu doubler la marque par Lookman (28’).

Des Verts réalistes

Au fil des minutes, le jeu des Verts s’est « désagrégés » ou on ne compte plus les approximations, et les errances défensives, à l’image du tir de Iheanacho, qui a eu tout le temps d’armer son tir, heureusement, Zeghba capte le ballon (29’ et 31’). A la 32ème minute, Belaili bousculé à la limite de la surface de réparation, bénéficie d’un coup-franc bien placé, Mahrez centre pour Slimani de la tête, mais le ballon heurte la tête de Sanusi qui le sort en corner (33’). Dans les temps forts des Verts, Slimani dans la surface tir, mais le ballon heurte le poteau, Bensebaini suit le ballon, mais est fauché dans la surface, l’arbitre tunisien siffle penalty. Mahrez s’exécute et permet à l’Algérie de niveler la marque (41’) et relance la rencontre. En seconde période, avec l’incorporation de Bentaleb, le milieu de terrain algérien redevient « moins perméable » ou le bloc défensif monte plus et permet du même coup aux attaquants d’aller plus facilement chercher le ballon et se créer plus d’occasions, à l’image de Slimani qui aurait pu donner l’avantage aux Verts, mais sa tête n’est pas cadré (55’).

Le « bazooka » d’Atal

A l’heure de jeu, alors qu’on sentait les algériens dominateurs, mais pas sereins, Youcef Atal, très décrié ces derniers mois et souvent blessé, a mis tous le monde d’accord sur son retour gagnant en permettant à l’Algérie de prendre l’avantage d’un tir lointain qu’on n’attendait pas (60’). Les Verts parviendront à garder ce score et préserver cette victoire durement acquise face à un adversaire coriace, qui a donné du fil à retordre aux protégés de Belmadi.

M’hamdi Ramzi


Ajouter un commentaire

Security code Actualiser

à la une

novembre 30,2022

Comme annoncé dans notre précédente édition, l’horizon semble bouché du côté du Milan AC...

novembre 29,2022

«Il n'y a aucune négociation avec l'Inter Miami » Le démenti du clan Messi est on ne...

novembre 29,2022

Chelsea, Arsenal et Liverpool veulent le «crack algérien » Si cela venait à se confirmer, ce...

novembre 29,2022

La signature de Slimani au centre d'un improbable imbroglio Arrivé au Stade Brestois en...